Si la RATP n'avait pas censuré l'affiche de Jacques Tati